Menu

Sevilla

lundi, août 21, 2017

Sevilla

4 days in paradise

There where all was order and beauty. Lush, calm and voluptuous

I landed on friday, a bit before midnight. Already, in the airport, the suave heat of Andalousia wrapped me. After a short ride to the hotel I discovered then one of the most magic place I've ever seen. On the drawing above you can see the pool located at the roof of the hotel. It exposed a magnificent sceneries on the Sevillas roofs.

Thailand - Chiang Mai

mercredi, janvier 04, 2017

On Decembre 27th 9 O'clock, we are leaving Koh Phi Phi islands.
Sat on the front deck of the ferryboat, I take few minutes to draw Koh Phi Phi Lee where is located Maya Bay.
We were leaving Koh Phi Phi, the islands and was heading to the north, Chiang Mai.

I though about all these great moments we had :
Swimming in the warm seas, discovering Maya Bay, doing snorkling, Diving from the Thai boat front deck to admire the fishes with all these beautifull colors.
All the great Thai meals we had. Hiking inside Koh Phi Phi island.
The shore moves away. I draw another quick sketch
On the boat, I drunk a beer, smoked two cigarettes, listen carefully the conversation betwenne the french girls sat beside of me. Then I talked to them and made a portrait of both of them. I gave them their protrait at the end of the crossing and we exchanged our addresses.
Chiang Mai arrival
Karou Lotus Boutique Hotel


I booked an hôtel outside of the squared city. One of the cheapest with a swimming pool. I chose this one beacause there was a lot of plants on the photos I saw on the Net.
The owner was a Singapourian oddly called "Bernard". He was very nice and brought us to the airport the last day.

Every morning we had to chose between a Thai breakfast or an American one. I always took the American. It was good, two fried eggs, two toasts, butter and jam, sausages and ham, and a few slices of fruits.

You can see our room on the drawing. The lowest facing the pool at the second floor.

We were hardly in our room, but visiting the city, having long diner at night while drawing.
We also had laundry service in this hôtel. That was so cheap.

The only drawback of this place was the cars and motorbikes noise at night because the hostel is close to a main street, especially the motorbike noise. It seems that some Thai people have their motorbike engine customized, and in that case, it produces a terrible noise.
One night, I heard for a long time, a lot of people laughing loudly downstairs. Some people seemed to have, obviously, a lot of fun. I finished by take a glance through the window to figure out what was going on.
I then witnessed a strange scene. All the hostel staff, around 5 6 people was standing, fully clothed, in the middle of the swimming pool, laughing, and the boss was taking a picture of them.

Thai people are happy people. I witnessed several scene during this trip where I saw people having a lot of fun, even the monks. I will talk again about that later.

Voyages de carnets

dimanche, septembre 21, 2014

Il y a bien sûr les carnets de voyages... ces dessins précieusement ramenés de nos pérégrinations... Mais au fond, est-on vraiment parti pour dessiner l'endroit ou est-on parti en vacances en emmenant un carnet et quelques crayons ?
Toute la différence est là.
Aller en vacances quelque part et y faire quelques dessins occasionnels ou choisir de partir dans un endroit précis dans le but de dessiner ce n'est pas pareil.
Il y a les carnets de voyages, il y a les voyages de carnets...
_ "Alors Monsieur, dis moi, comment ça naît un voyage de carnets ?" _ "Et bien voilà, mon petit, un jour tu es à Montmartre dans un café, un café vraiment typique, un café de quartier, et il y a cette fille qui te fait face un peu plus loin... et je ne sais pas, son visage t'inspire, elle a un petit côté Amélie Poulain et on est à Montmartre, alors, tu sors ton plus beau carnet et un crayon... Tu n'as pas dessiné sérieusement au crayon graphite depuis plus d'un mois, mais là, tu prends un graphite..."

La fille est loin, tu la vois mal, elle parle avec sa copine, bouge... mais tu ne te décourages pas et tu décides de fixer son image sur du papier, brides par brides, un trait par ci, un trait par là, comme un oiseau fait son nid brindille après brindille.

Puis, à un moment, tu ne regardes plus la fille, tu ne regardes que le dessin, la fille peut partir, ça n'est pas grave, l'important maintenant est de donner une cohérence au dessin...
Et là, tu dessines son corps et ses bras que tu ne voyais pas, tu mets une lumière qu'il n'y avait pas, et soudain, comme par magie, sortie de ta tête, elle prend vie sur le papier avec cette position si naturelle que tu n'as pas vue...
Et là, ça devient encore plus magique, tu regardes ton dessin et tu y vois quelque chose de vieux, d'ancien, quelque chose dans le dessin te rappelle Manet, quelque chose sorti de toi, sorti des centaines d'oeuvres que tu as vues lors de visites de musées, de feuilletage de livres, de surf sur Internet.
Et là, tu décides d'y aller, tu hésitais à partir, mais là, la décision est prise... Non ce n'est pas raisonnable.... mais tant pis !

_ "mais où ? "
_ "ben attends, c'est plus compliqué que ça, il faut revenir encore un peu en arrière...."
C'est comme si le voyage était peu ou prou lié au dessin et à la peinture. ça ne fait pas si longtemps en fait, mais si je creuse dans mes souvenirs, ça commence avec Delacroix et ses carnets ramenés du Maroc. Je suis allé deux fois dans ce musée intime de la place de Furstemberg. La dernière fois c'était en 2013, juste après être revenu de mon exil de 5 ans au Québec.
Dans cet ancien appartement de Delacroix reconverti en musée, non seulement, quelques aquarelles du Maroc, mais aussi tout un bric à brac d'objets ramenés, vieux coffres ouvragés, poignards aux lames courbes, tapis...

Puis il y eut l'exposition "Van Gogh / Artaud, les suicidés de la société" où l'on se rend compte que le génie de Van Gogh explose deux ans avant sa mort justement quand il part en Provence. Ah, la lumière du Sud...
Puis forcément, Van Gogh fait penser à Gauguin qui lui, a poussé le concept jusqu'aux antipodes...

Tout ceci commence peut être avec le "Prix de Rome", une idée de Louis XIV formalisée ensuite sous la Révolution et ce rêve de partir en Italie pour s'adonner complètement à son art commence à hanter plus d'un peintre...
Je venais de passer l'été dans le Sud-Ouest, j'y avais beaucoup dessiné... Puis ce fut le voyage en Belgique et quelques dessins de plus... mais ces endroits, je n'y étais pas allé pour ça... Ce n'était pas encore des voyages de carnets...
Jeudi 28 août
Je suis à Bruxelles, je déambule dans le quartier de la bourse... Il y a dans une rue deux magasins de ventes de livres d'occasion. Je les visite tous les deux. A l'entrée de l'un d'eux une affiche m'interpelle... J'y vois un magnifique dessin de montagnes aux crayons graphites.
C'était l'affiche pour l'exposition "En route" du musée Félicien Rops qui expose les oeuvres de peintres et dessinateurs belges réalisées lors de leurs voyages.
J'étais fâché depuis des semaines avec le graphite. Je l'avais complètement abandonné au profit des stylos et des feutres. La vue de ce dessin me réconcilia instantanément avec ce bon vieux "crayon de bois". Naissent en moi à ce moment là des envies de mines grises, un retour à ces vieux dessins comme on savait en faire autrefois...
28 août 2014 :



Rentré dans
ma chambre
de l'hôtel
Saint Nicolas,
salué au passage
par les oeuvres
de Schiele et de Mucha, je me rends sur le site du musée qui a eu la bonne idée de mettre en ligne plusieurs dessins de l'exposition.

Il y a cette carte manuscrite du voyage en Italie d'Antoine Wiertz, mais surtout ces cartes postales faites main par les artistes.
J'ai trouvé ça du dernier romantisme !
J'ai repensé à ces peintres qui partaient en Italie pour s'inspirer des maîtres de la renaissance, j'ai repensé à Stendhal et son fameux syndrome, et aux personnages du film de James Ivory, a room with a view...
Ici il commençait à faire froid... L'Italie, son soleil et sa chaleur étaient à portée de train...





De toute façon, c'était écrit partout dans ce café :

"FOLLOW YOUR DREAMS".

Oui, je sais, ça n'était pas raisonable...
Mais il fallait que j'y aille...

FOLLOW YOUR DREAMS...

Montmarte

vendredi, août 22, 2014

22 août 2014 :


Je viens de passer 7 jours dans ce quartier où je me sens un peu chez moi.

Je suis à nouveau allé dîner et j'ai bu pas mal de cafés et de bières dans tous ces bars et restaurants qui m'ont inspiré les dessins de cette page. Ils ont un charme particulier :

décoration intérieure, convivialité des patrons et serveurs, et surtout clientèle.
On y croise une foultitude d'artistes, d'intellectuels et d'intermittents du spectacle.

Impossible de s'y ennuyer même en y allant seul : les personnages qu'on y croise et les conversations qu'on y entend valent souvent les meilleures scènes d'un Klapisch...

Surtout, et c'est ce qui fait le vrai charme de ces lieux l'été, on y voit souvent des clients seuls ou en groupe buvant et fumant debout, sur le trottoir...
Scènes d'autant plus intéressantes qu'elles sont de plus en plus rares à observer...

22 août 2014 :

Je dîne une dernière fois dans le quartier au Blues Bar.

La soirée fut égayée par un concert jazz manouche...

Demain, direction Bruxelles...
La Timbale (2, rue versigny), Dionis (3, rue Letort), Jolis Mômes (1, rue Letort), Reinitas (18, rue du Poteau), la Piscine (48, rue du poteau), la Cave Café 134 (134, rue Marcadet), l'Etoile de Montmartre (6, rue Duhesme)

Bordeaux

jeudi, août 21, 2014

J'ai fini par quitter Mimizan. Il n'y avait plus de bungalows de libre au camping et j'ai dû déménager dans une chambre d'hôtel en ville. La nuit, des hordes de français et de hollandais sortant du B.A. complètement saouls défilaient sous ma fenêtre en hurlant des chansons ou des insanités. Il y avait aussi les éternelles querelles entre le mec qui pense pouvoir ramener la fille à qui il a payé des verres toute la soirée, mais elle, elle préfère dormir seule (ou en rejoindre un autre...)
Impossible de dormir dans ces conditions.
J'ai sauté dans le premier bus pour Labouheyre, puis dans le premier TER pour Bordeaux.
Je suis allé à la FNAC racheter des feutres et une pochette pour ranger mes dessins, j'ai craqué pour une BD ou deux. J'ai erré dans Bordeaux à la recherche d'inspiration.
Je n'ai pas aimé Bordeaux. Trop de vieilles pierres consciencieusement blanchies, trop propre, trop BCBG, pas assez trash pour moi, jusqu'à ce que...
12 août 2014 : Je tombe sur la place Fernand Lafargue...
Le bar l'Apollo m'interpelle :

Ce vieux bois raviné aux peintures ocres cérusées par le temps, les vielles pierres au dessus avec leurs balcons ouvragés, me rappellent Cuba

Même charme à l'intérieur du bar :
Fauteuils défoncés et branlants, boiseries patinées jusqu'à l'usure, murs ocres, plafonds bleus, éclairage et musique vintage.
Avec les nouveaux
feutres...
 
Ma palette de couleur
s'était enrichie
13 août 2014 : je dîne en face au Kokomo.
La devanture de ce delicatessen avait été aménagée avec soin. Le mélange de vitres et de bois m'inspire une esquisse. Le dessin fini, je dessine une des quatre filles de la table d'à côté. Elles ont égayé ma soirée par leurs blagues incessantes. Tout était systématiquement tourné en dérision, jusqu'à la mort de Robin Williams...
Le souvenir de
l'océan...
... me hante...
14 août 2014 : Ce soir là, je dînai au Bistrot Régent Grill.
Je fus saisi par l'architecture intérieure du restaurant, les jeux de lumière...

Ce soir là, je pris mon billet de train pour Paris...La capitale ou d'autre grande villes plus animées me manquaient...L'escapade en province était finie...

Le Jazz Bar - Mimizan Plage

mercredi, août 20, 2014

Un des autres atouts de la rue Brémontier à Mimizan
C'est qu'au bout... il y a le Jazz Bar
Avec des musiciens aux looks incroyables

J'ai été surpris par la qualité des musiciens,
de la musique, du son !

C'est aussi là que j'ai fait le portrait de Diane de Liège qui est repartie là bas avec...

Mais avant ça on a eu le temps de boire l'apéro au camping avec Jérôme son copain, Rémy, Pauline et leur petite fille qui courrait partout...
Chaque soir, la rue Brémontier résonnait sous
les accords de soul, de rock ou de blues...
soirs après soirs, les concerts ...
...se succédaient...

Un jour, en fin d'après midi, j'ai cru reconnaître les musiciens qui sont sur ce dessin...Je leur ai montré le dessin...

C'était bien le même guitariste, mais la chanteuse était différente

Elle s'appelait Lorraine. elle a bien aimé les dessins et m'a demandé de venir la dessiner le soir même

"j'essaierai de moins bouger que d'habitude" qu'elle disait...

Ce soir là, je me suis particulièrement appliqué pour dessiner Lorraine et ses guys...